10 questions/réponses sur le projet des trois places

« Si l’inquiétude des habitants, des commerçants et des usagers des places est légitime face au chantier qui va s’ouvrir, cette inquiétude est malheureusement attisée à dessein par certains qui y trouvent un intérêt personnel. Ces personnes-là ne seront jamais convaincues car elles souhaitent rester dans l’opposition. Pour les autres, c’est à dire pour les Aixois qui veulent des réponses concrètes, voici celles que je suis en mesure de leur apporter » Maryse Joissains Masini

Trois ans de chantier d’un seul bloc ? FAUX.

Le chantier durera moins de deux ans et demi (août 2016-janvier 2019), et se fera portion par portion. La place sera donc toujours accessible aux piétons ; les commerces, les bars, les restaurants, ne fermeront pas. De plus les travaux s’interrompront pendant la pause de midi, afin de ne pas gêner les clients des restaurants en terrasse.

La mairie refuse que durant les travaux une partie du marché reste sur les places. VRAI.

Il n’est pas envisageable qu’une petite partie des maraîchers continuent leur activité au milieu du bruit et de la poussière. De plus les forains refusent que les marchés soient séparés, ce qui a d’ailleurs été tout l’enjeu de leur déménagement durant les travaux : Rester ensemble.

Le marché ne reviendra pas. FAUX.

Pendant la durée du chantier, les marchés non sédentaires seront déplacés, mais à l’issue, le marché reviendra sur les trois places comme auparavant. Le marché textile restera sur le cours Mirabeau les mardis et jeudis, comme actuellement ; rappelons que s’il n’est plus avec les deux autres sur les trois places, c’est du fait de la décision de l’Etat de faire d’Aix une cour d’appel interrégionale. Les mesures de sécurité pour le passage des convois judiciaires obligent la Ville à déplacer le marché textile les mardis et jeudis. Pour accompagner les déplacements liés aux travaux, une signalétique adaptée sera mise en place depuis les différents parkings de la ville vers les nouveaux sites d’accueil des marchés. Cette signalétique indiquera le lieu, mais aussi le type de marché concerné. La ville compte plus de 50 marchés par semaine, répartis dans un grand nombre de quartiers.

Les terrasses seront supprimées. FAUX.

Les établissements (bars, restaurants) qui disposent d’une terrasse la garderont pendant les travaux, même si elle peut être réduite ou déplacée selon les moments ; ils la retrouveront à l’identique à l’issue des travaux. La rénovation des trois places va permettre de gagner de l’espace sur la chaussée : terrasses et marché pourront donc cohabiter.

Ces travaux vont aboutir à la création d’une place des Cardeurs- bis, avec bruit et insécurité. FAUX.

Il y a beaucoup moins de bars et de restaurants sur les trois places, et la Mairie refuse désormais d’accorder des autorisations supplémentaires pour des créations d’établissements de ce type. En outre, le maintien d’une circulation automobile – et donc de voies de circulation – serait de nature à empêcher la prolifération anarchique de terrasses. De plus, trois fois par semaine les marchés reprendront leur place.

La Mairie va faire mourir ce quartier. FAUX.

L’activité judiciaire (800 avocats à Aix, leur personnel, les magistrats, le personnel judiciaire…) reste bien présente sur place. A plusieurs reprises, et sous des maires différents, la Ville s’est battue pour maintenir la cour d’appel à Aix, alors qu’elle était convoitée par Nice. Depuis quelques années, la Ville demande à l’État la création d’un pôle judiciaire, à l’emplacement de l’ancien tribunal de grande instance. C’est donc bien la preuve qu’elle ne veut pas « faire mourir » ce quartier. Au demeurant, on se demande bien quel serait l’intérêt de la Ville… Des animations seront mises en place pendant toute la durée des travaux ( archéologiques, culturelles, festives…).

La décision s’est prise sans aucune concertation de la Mairie avec les habitants. FAUX.

D’abord, la décision a été prise de rénover les réseaux humides enterrés (eau potable, eaux usées), qui étaient anciens et en très mauvais état. Il fallait donc les refaire à neuf. La Ville a voulu profiter de ces travaux souterrains pour rénover les réseaux actuels (téléphone, électricité) et préparer l’installation de réseaux futurs (fibre). Il devenait logique de vouloir refaire les places en surface. Le 9 février 2015, le conseil municipal (instance ouverte au public et dont toutes les délibérations sont disponibles sur le site de la mairie) a approuvé le programme de travaux sur les places de la Madeleine, des Prêcheurs et de Verdun, ainsi que dans les rues Thiers, Peyresc, les rues adjacentes au palais de justice, sans oublier le passage entre la place des Prêcheurs et la rue Rifle-Rafle. Cela représente un périmètre total de 1,7 hectare. Un concours d’architecte a été lancé. Cinq équipes ont été admises à concourir. Le jury s’est réuni le 17 mars pour sélectionner le projet retenu. Il était donc impossible de présenter le projet avant qu’il ait été choisi par le jury. Maintenant qu’il l’est, il peut être amendé sur certains points : une large concertation et une communication constante seront mises en œuvre dès avant les travaux, et pendant toute la durée du chantier.

Les places de parking vont disparaître. Où se gareront les Aixois ?

En effet, l’opération des trois places a notamment pour objectif la suppression du stationnement automobile dans cet espace, dans l’optique d’une future piétonisation. Nous allons perdre 250 places de stationnement, mais des études ont montré qu’une bonne partie d’entre elles étaient occupées non par des clients, mais par… des personnes qui travaillent dans le périmètre : elles arrivent le matin, se garent et repartent le soir. La perte du parking de surface aura donc un impact négligeable sur l’activité commerciale de cet espace. Pendant la durée des travaux, il sera possible de stationner au parking de la Torse, avec un service de minibus renforcé. Et comme aujourd’hui, la clientèle pourra utiliser les parkings Carnot, Bellegarde, Signoret, proches des trois places (près de 1 000 places). C’est d’ailleurs ce que font actuellement les usagers des places (commerçants, clients…) pendant les jours de marché. Enfin, la Ville et la SEMEPA vont attaquer les travaux d’un nouveau parking souterrain, aux Arts-et-Métiers. Il comprendra entre 300 et 350 places, et ouvrira fin 2018 ou début 2019.

A quoi vont servir ces travaux ?

Outre la rénovation impérative des réseaux, l’opération des trois places a pour objectifs :

– la suppression du stationnement automobile ;
– le maintien du plan de circulation actuel, tout en anticipant une future semi-piétonisation totale du site ;
– l’accueil des activités diverses (marché en particulier) de façon plus confortable et plus sûre ;
– l’homogénéité des revêtements de surface et du mobilier urbain, pour donner une cohérence à cet ensemble ;
– la mise en valeur du patrimoine architectural et des espaces publics , notamment l’éclairage ;
– la mise en place des éléments nécessaires aux marchés et animations (bornes électriques).

Les travaux vont débuter le lundi 4 juillet, au début de l’été, en pleins soldes. FAUX.

Mme le maire a entendu cette plainte des commerçants. Après avoir annoncé le report de la date des travaux au 25 juillet, elle a accepté de les reporter au 29 août. La saison des soldes, de l’Euro de football et du Festival est ainsi préservée

MJM
À propos de 
Avocate de formation, Maryse Joissains Masini est une femme politique française, maire d'Aix-en-Provence depuis 2001, elle est également Président du Conseil de Territoire du Pays d'Aix, Vice-Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence et ancienne député.

1 commentaire

  1. Hétreau

    30 septembre 2016 - 16 h 37 min
    Reply

    Quitte à faire une large zone piétonne, ce qui fera moins de pollution, est-il prévu de planter des arbres ?

    Implantation de bancs pour s’asseoir ?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *