BREXIT : Un électrochoc qui sauvera l’Europe… À quand un MÉTROPOL’AIXIT ?

Maryse Joissains Masini a salué le résultat du référendum britannique. Le maire d’Aix ne manque pas de noter plusieurs éléments de comparaison entre l’Union européenne… et la Métropole. Interview.

Madame le maire, alors que la grande majorité de la classe politique française a déploré le Brexit, vous pensez qu’il peut sauver l’Europe. Pour quelle raison ?

MARYSE JOISSAINS MASINI : J’ai salué la victoire des partisans du « Brexit » car je pense qu’il s’agit d’un électrochoc qui peut sauver l’Europe. Au fil des décennies l’Europe s’est éloignée de l’esprit de ses pères fondateurs. D’une Europe des peuples nous sommes passés à une Europe de la finance. Nous subissons son ingérence dans notre vie quotidienne. Je souhaite que le brexit soit un électrochoc, un coup de pied dans ce système ultrabureaucratique qu’est l’Union européenne. Il marque le refus d’un système où ce ne sont pas les élus du peuple qui décident, mais les technocrates. Il faut entendre le Brexit comme un refus du peuple d’être trop écarté des décisions qui le concernent.

Serait-il hasardeux de faire un parallèle avec la Métropole qui éloigne la décision du citoyen ?

MJM : On peut noter de nombreux points communs entre l’Union européenne et la Métropole : une centralisation extrême, des décisions concentrées dans les mains de quelques-uns… L’UE, comme les lois instituant la Métropole, ont retiré tout pouvoir d’action aux élus de proximité. La Métropole a mis le pouvoir communal sous tutelle, alors que la commune constitue le seul échelon de proximité réellement reconnu par le citoyen. La Métropole vise à priver les maires de leurs compétences de proximité, et va diluer les rares décisions qu’ils pourront encore prendre en les soumettant à un processus administratif long et paralysant. Les grands ensembles comme l’Europe ne pourront être ressentis comme forts et légitimes que s’ils sont investis uniquement de quelques compétences stratégiques fortes. L’affaiblissement du pouvoir local signifie l’effacement du citoyen. Il faut remettre celui-ci au centre de la décision politique.

Tous les sujets ne sont pourtant pas à la hauteur d’une commune… Les transports par exemple.

MJM : J’ai longtemps plaidé pour une coopération métropolitaine, tout comme je suis favorable à une union des pays européens. Et je sais que cela fonctionnerait bien. Nous avons déjà prouvé que nous étions capables de nous unir aux autres territoires ponctuellement sur des dossiers importants. Quant aux transports, en février 2013 nos six territoires avaient signé une convention avec le Syndicat mixte des transports. L’obstination nationale, ainsi que celles de certains élus locaux à nous imposer à marche forcée la métropole, nous a fait perdre 3 ans. Nous ne sommes pas les mauvais élèves !

MJM
À propos de 
Avocate de formation, Maryse Joissains Masini est une femme politique française, maire d'Aix-en-Provence depuis 2001, elle est également Président du Conseil de Territoire du Pays d'Aix, Vice-Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence et ancienne député.

0 commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *