L’Etat nous a demandé de laisser le cours fermé à la circulation

Les obstacles en béton interdisant la circulation sur le cours Mirabeau vont demeurer encore de longs mois. Maryse Joissains Masini en donne la raison. Interview d’Aix le Mag

LES FÊTES DE NOËL SONT PASSÉES, MAIS LES GLISSIÈRES EN BÉTON ARMÉ (GBA) QUI EMPÊCHENT L’ACCÈS AU COURS MIRABEAU SONT TOUJOURS LÀ. POUR QUELLE RAISON ?

Devant la menace terroriste, j’avais décidé, au printemps dernier, la fermeture du cours à la circulation automobile, au moyen de barrières métalliques. Quelques semaines plus tard s’est produit le terrible attentat de Nice, avec ce camion lancé dans la foule le soir du 14 juillet, et qui a tué 84 personnes. Aussitôt, l’Assemblée nationale a décidé de prolonger l’état d’urgence pour six mois. Par voie de conséquence, l’Etat a imposé à toutes les communes, sur la voie publique, des mesures de sécurité accrues. La pose de ces obstacles sur le cours fait partie des décisions prises par la Ville d’Aix en matière de sécurité – à la demande de la Préfecture et en accord avec elle.

CES MESURES ONT ÉTÉ CRITIQUÉES PAR CERTAINS DE NOS CONCITOYENS…

Je sais. Ce sont les mêmes qui ont critiqué les alarmes visant à signaler une intrusion dans les écoles ; peut-être la sécurité des enfants ne les intéresse-telle pas… En attendant, pour ce qui est du cours Mirabeau, la tragédie de Berlin – avec une nouvelle fois un camion qui a foncé dans la foule, pendant le marché de Noël – m’a confortée dans ma décision d’avoir, dès la mi-novembre et l’installation du marché de Noël, renforcé cette mesure, et rendu le cours totalement étanche à la circulation. Toujours en accord avec le préfet.

LE DISPOSITIF VOUS SEMBLE-T-IL EFFICACE ?

Je pense qu’il l’est. Au bas du cours Mirabeau, l’accès est limité par une chicane, formée par deux blocs de béton, et contrôlé par un équipage de la police municipale ; seuls les véhicules de livraisons (le matin) et les Diablines peuvent passer, ainsi que les riverains et les clients des hôtels, tout cela sous le contrôle de la police municipale. Quant aux rues adjacentes, elles sont bloquées soit par une glissière en béton, soit par des bornes qui existaient déjà précédemment. Seule la sortie de la rue Frédéric-Mistral reste libre, mais des glissières ont été disposées de façon à ce que les véhicules ne puissent pas entrer sur le cours.

EN DÉCEMBRE, L’ETAT A DÉCIDÉ DE PROLONGER L’ÉTAT D’URGENCE…

Tout à fait ! Cette mesure d’exception a été prolongée jusqu’au 15 juillet 2017. Je ne suis pas toujours – et même pas souvent – en accord avec l’Etat, mais sur ce point-là, je ne peux que reconnaître le bien-fondé de sa décision. Face aux Barbares, nous ne pouvons pas baisser la garde.

MJM
À propos de 
Avocate de formation, Maryse Joissains Masini est une femme politique française, maire d'Aix-en-Provence depuis 2001, elle est également Président du Conseil de Territoire du Pays d'Aix, Vice-Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence et ancienne député.

0 commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *