Ma vérité

Issue d’un milieu modeste – plein d’amour – parents de la gauche chaleureuse, ouverte – idéologique certes mais compassionnelle, proche des plus démunis.

Rien à voir avec cette gauche de plus en plus libérale ; dogmatique sur le plan sociétal et… laxiste.

Bref, cette gauche au pouvoir qui s’installe dans une gouvernance qui nourrit la loi du plus fort et prive le plus grand nombre de sa part de liberté.

Cette gauche qui a repris le flambeau des idées de Monsieur Balladur sur la métropole. Une globalisation de la gouvernance contraire aux idées de Gaston Deferre et de Jean-Pierre Chevènement sur la décentralisation et à celles de Jean-Pierre Raffarin sur une certaine forme de déconcentration.

Dans ces trois hommes si différents, on reconnaît pourtant la fibre républicaine et le souci de « la France d’en bas » ; celle qui est peuplée de citoyens en grand besoin de la sécurité -sous toutes ses formes- pour pouvoir exercer leurs libertés d’être humain.

Sécurité et liberté , ce dont la Métropole va priver les populations du territoire.

Et ce n’est pas le spectacle affligeant donné par certains élus marseillais, lors de la réunion du 9 novembre 2015 à Marseille, qui peut rassurer.

Lors de cette réunion, des élus marseillais ont insulté le Maire d’Aix, lui coupant le micro.

Cette collectivité que l’on nous promet relève plus d’une gouvernance où se pratique la loi de la jungle, selon la loi du plus fort et du règne sans partage de nouveaux féodaux qui vassalisent des élus qui font la roue pour plaire à leurs maîtres.

Alors, oui, la métropole marseillaise qui nous attend serait le tombeau d’un territoire magnifique dans lequel les citoyens qui ont connu le respect, la sécurité et la liberté ne seront pas prêts de s’incliner.

Le risque de blocage est réel tant il est vrai que des élus marseillais incompétents ne peut prendre le leadership sur des territoires qui fonctionnent.

Une métropole…. Pourquoi ? Alors que nos territoires vivent bien…

Mais une métropole avec Marseille…. C’est le bouquet !

Ceci alors que c’est cette même ville de Marseille, qui en 1966, a rejeté vers les autres territoires une nuisance économique supposée parce qu’alors elle était riche ; riche de traditions, de symboles, en somme, une ville de terroir.

Cette même ville devenue pauvre -faute de gestion rigoureuse-, laquelle sans aucune vergogne, veut faire « le coucou » dans le territoire des autres en ramenant à elle tout ce qui a été produit par ses voisins.

Il n’y a pas de morale là-dedans …. Mais pire, aucune efficacité.

Et le hold-up du siècle.

MJM
À propos de 
Avocate de formation, Maryse Joissains Masini est une femme politique française, maire d'Aix-en-Provence depuis 2001, elle est également Président du Conseil de Territoire du Pays d'Aix, Vice-Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence et ancienne député.

2 Commentaires

  1. BRENNER Roland

    6 février 2016 - 10 h 59 min
    Reply

    1) Je ne savais pas que tu étais de gauche !
    2) Nous n’acceptons pas ce hold-up, La communauté de Marseille et ses déficits, qu’elle se débrouille !
    Nous sommes Aixois !
    Certes, moqués par les Marseillais mais fiers d’être Aixois, nous voulons rester avec la communauté de commune du Pays d’Aix !

  2. Khouaja

    6 février 2016 - 20 h 42 min
    Reply

    Bonjour,
    Votre engagement vous honore, ce manifeste est un réquisitoire à charge, il y a des arguments implicites que les aixois et aixoises auront du mal à comprendre. Il faut élargir le débat et défendre cette position devant les citoyens qui peuvent n’être qu’un allié dans votre combat.
    Bonne continuation.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *