Réforme du collège : un débat volé par un passage en force !

Le débat sur l’École avait pourtant bien commencé. Il devenait national, il passionnait le pays. Les professeurs exprimaient leurs difficultés croissantes, les politiques prenaient la parole, les intellectuels élevaient la voix, les français, dans leur ensemble, faisaient part de leurs inquiétudes pour leur culture et leur langue. Au fil des semaines, le climat se tendait, le projet de reforme était contesté par plus de 70 % des français dont une majorité d’enseignant.

Affaibli, le gouvernement décida alors de clôre le débat en passant en force un décret qui supprimait l’option « langues anciennes », les classes bilangues et européennes. Les grandes périodes de notre histoire médiévale étaient remisées au placard, l’étude des Lumières rendue facultative, alors qu’elle est au cœur de notre héritage !

Par démagogie et idéologie, cette réforme renonce à une culture commune, propose une société nivelée, égalitaire, qui ne se distingue plus par le talent, l’effort, le travail et le mérite qui sont l’essentiel de nos principes Républicains.

L’avenir de nos enfants

L’avenir de nos enfants passe par une école primaire solide où on doit apprendre à lire parfaitement, compter, écrire, s’exprimer dans un excellent français. Puis il doit se poursuivre par un collège où on doit tenter d’amener chaque élève au plus haut de ses capacités, en lui apprenant à aimer son pays, son histoire, en lui faisant comprendre qu’il appartient à une Nation dont il peut-être fier. Car il n’y a pas de Nation et de destin commun sans partage d’une mémoire nationale et parce que l’égalitarisme ne peut pas faire un projet pour la France.

Le nouveau visage du Collège

La crise de l’École est une crise des valeurs : autorité du maître, effort de l’élève, responsabilité de l’un et de l’autre.

* l’autorité du maître est nécessaire à l’apprentissage par l’élève

* l’effort de l’élève est essentiel car comment apprendre les subtilités de notre langue ou les secrets des mathématiques sans effort.

La responsabilité des enseignants qui doivent être exemplaires et celle des élèves qui doivent être actifs dans leur apprentissage. C’est ainsi que se forme un Citoyen !

Le collège doit avoir aussi parmi ses objectifs celui de permettre à chacun de trouver celui de permettre à chacun de trouver la voie de la réussite sociale et professionnelle. C’est pourquoi il doit s’ouvrir vers des filières multiples, générales, technologiques et professionnelles qui conduiront vers le monde du travail.

La réforme qui nous a donc été imposée par décret est mal ficelée . Elle doit être revue de fond en comble, rebâtie en termes intelligibles. Ce serait rendre justice à des millions de famille françaises perplexes face aux décisions gouvernementales prises une fois de plus sans concertation .

MJM
À propos de 
Avocate de formation, Maryse Joissains Masini est une femme politique française, maire d'Aix-en-Provence depuis 2001, elle est également Président du Conseil de Territoire du Pays d'Aix, Vice-Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence et ancienne député.

0 commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *